Assermentation Forel

Cérémonie d’assermentations des autorités de Forel, le 27 juin à 14h30 au temple de Forel

par Benjamin Corbaz.

 

Monsieur le Préfet,

Madame la Syndique,

Mesdames, Messieurs les municipaux

Mesdames, Messieurs les conseillers communaux,

 

En ma qualité de pasteur presque tout neuf, puisque cela fait presque un an que j’officie dans la paroisse de Savigny-Forel, j’ai le plaisir de vous accueillir dans mes murs, enfin façon de parler, moi qui suis plus neuf dans la région que la plupart d’entre-vous !  C’est un moment particulier pour moi, et aussi pour notre ami Flotion euh Flotron qui a dû, comme dans le spectacle de Föröl, laisser la place à une femme, comme quoi les prophètes ne sont pas que dans la Bible !

 

Alors bienvenue, bienvenue… chez vous ! Bienvenue dans cette église qui est la votre, dans ce temple certes protestant mais qui est ouvert à toutes les Forellois, et même aux hommes et aux femmes de Föröl qui n’ont pas osé se jeter dans le gouffre du Léman et aller à Grosboeuf ! Bienvenue à vous tous, qu’elles que soient vos convictions ou croyances pour ce temps officiel, un temps d’engagement au service de votre commune.

 

Bon, le temps est précieux et je tiens à vous remercier de me donner la parole. Heureux le pasteur qui comme Calvin peut donner un message pendant 45 minutes. (un temps) Plus sérieusement, rassurez-vous, je ne ferai pas la batoille et mettrai en pratique ce que m’a enseigné mon maitre de stage il y a quelques années sur la longueur idéale d’un bon message : une prédication, ou une allocution, doit toujours être comme une mini-jupe : assez courte pour attirer l’attention mais assez longue pour couvrir le sujet !

 

Permettez-moi donc de débuter par une petite devinette : savez-vous pourquoi, sur le drapeau vaudois, le blanc est au-dessus du vert … ???

Car c’est bien connu, dans notre canton, on verse le blanc dans le verre!

 

Ainsi, en écrivant ce discours, bien que je susse que vous eussiez héroïquement supporté de longues circonvolutions alambiquées et absconses qui avec mon acouet vous auraient empêchée de faire un clopet, j’ai décidé de rester proche de vous, chers conseillers et municipaux de Forel, et en bon Vaudois que je suis, grand fan de foot également, je vous ai amené pour mon message un objet symbolique tout à fait concret: un drapeau suisse !

 

Vous le savez, et vous l’avez peut-être vu sur ma cure ou sur ma pasteurmobile, en période de Coupe du Monde ou d’Euro de football fleurissent des drapeaux aux fenêtres des immeubles ou des voitures. Alors si je sors un drapeau suisse en ce jour, ce n’est pas seulement pour dire mon attachement à ce pays et que je continue à soutenir la Suisse en vue de son 8e de finale samedi avec ses maillots qui déchirent toujours, non si je sors un drapeau suisse cet après-midi, c’est pour vous parler de la Suisse, de Dieu et de votre mission.

 

Savez-vous d’où vient la croix blanche sur fond rouge ? Plusieurs hypothèses circulent, dont une qui explique que c’est le culte des instruments de la Passion du Christ, répandu dans la région, qui conduisit certains cantons à l’inclure sur leur bannière vers le XIIe siècle, le fond de couleur rouge faisant référence au sang du Christ.

 

C’est UNE hypothèse, mais il me semble qu’il y a quelque chose de fort dans ce symbole qu’est le drapeau suisse avec en son cœur UNE CROIX ! Une croix qui pourrait figurer la croix de Jésus-Christ., signifiant les fondements Judéo-Chrétiens de notre société. Et la croix, si on se souvient du catéchisme, elle renvoie à la mission du Christ qui a été de réconcilier les hommes et les femmes avec Dieu le Père. Le rôle de la croix, c’est de mettre en relation les humains avec leur Dieu (verticalité de la croix), et les uns avec les autres (horizontalité de la croix). Et 3e point, la forme de la croix montre un point de rencontre.

 

Alors en ce jour d’engagement au service de la communauté villageoise, j’aimerais que vous n’oubliiez pas le drapeau suisse

  1. le rouge, d’abord, avant d’être une couleur politique, nous rappelle que nous ne vivons pas dans un monde de Bisounours. Le rouge fait référence au sang du Christ, et par extension, à la souffrance, au mal, à l’intolérance, à la violence, l’ignorance et la peur. Dans le monde actuel, nous ne le savons que trop bien avec l’actualité, le mal est bien présent avec son lot de souffrance, ici ou loin.
  2. La croix, ensuite,nous rappelle que nous sommes appelés à apporter le bien, en blanc, ce blanc symbole d’espérance, de consolation, de solidarité, d’humanité. Oui mais ce bien que nous sommes appelés à apporter, il ne dépend pas que de nous. L’horizontalité de la croix nous rappelle que nous avons besoin les uns des autres pour cette mission, pour œuvrer ensemble et les uns pour les autres. Nous devons soigner ces liens horizontaux, au sens de « prendre soin ». Oui, l’engagement pour la communauté villageoise, pour son bien, c’est d’abord d’en prendre soin. D’autre part, la verticalité, c’est la relation à Dieu, au créateur, à la spiritualité, mettez-lui le nom que vous voulez, ce même Dieu qui est présent dans la prière patriotique que nous allons entonner tout à l’heure :

Seigneur accorde ton secours

Au beau pays que mon coeur aime

Celui que j’aimerai toujours

Celui que j’aimerai quand même.

Le pays que j’aimerai, au futur, quand même. Je l’aimerai quand même, même si j’en suis parfois déçu, même si parfois je ne suis pas tout à fait d’accord. Même si c’est plus comme avant, même si tout fout le camp, si vous me passez l’expression, même si tout change, je l’aimerais quand même. Dieu nous invite donc, malgré que tout ne soit pas parfait, à la reconnaissance ! Reconnaissance pour notre pays, pour la vie qui nous est offerte, pour la chance que nous avons dans nos contrées.
Alors pour terminer, j’aimerais citer ce proverbe qui vient de la Bible : « A chacun sa croix ! » qui vient de la croix de Jésus ! Mais cet après-midi, je vous invite à voir la croix surtout comme un point de rencontre, de réconciliation, comme Jésus l’a été entre Dieu et les humains, comme le bien sur le mal. Savons-nous toujours y faire, dans notre beau pays à croix blanche, pour créer des points de rencontres, des relations durables, pour vivre ensemble en harmonie, réconciliés ? Nous rappelons-nous toujours dans notre société de plus en plus individualiste du sens de notre drapeau, sensé rassembler et réconcilier, apporter le bien sur fonds de souffrances ?  Je le crois. Mais il est bon de ne pas l’oublier. De ne pas oublier d’où l’on vient, la Suisse et ses traditions, tout en gardant une humanité forte et une ouverture au monde. La croix peut demeurer pour nous une simple forme blanche sur un bout de tissu rouge. Ou bien elle peut prendre de la consistance au cœur de nos vies pour devenir une croix qui rappelle la mission, sur fonds de souffrances, de rassembler, de permettre la rencontre, de réconcilier, de prendre soin, de dire merci. Une mission pour vous d’abord qui portez la responsabilité sur notre village. Que Dieu vous soit en aide pour réaliser cette mission.
Amen

PRIERE  FINALE

Je vous invite à vous associer, chacun et chacune au gré de ses convictions, à cette prière de bénédiction. (Assemblée debout)

Seigneur Dieu, nous te demandons ta bénédiction pour cette commune où nous vivons ; ta bénédiction pour ses habitants ; ta bénédiction pour ceux et celles qui ont reçu le mandat de veiller à son bien et au bien-être de tous ceux et celles qui y vivent.

Aux Conseillers et Conseillères communales, aux membres de la Municipalité et à la Syndique, accorde la clarté des idées, le respect de la vérité et le courage de la franchise. Inspire à chacun et chacune le respect mutuel des convictions et des intérêts, l’esprit de justice et le souci des plus faibles.

Aide-les à réaliser la mission, sur fonds de souffrances, de rassembler, de permettre la rencontre, de réconcilier, de prendre soin, de dire merci. Accompagne-les dans cette responsabilité qu’ils ont sur notre population.

Aide nous à lutter contre tout ce qui dénigre et divise ; garde-nous des tentations du repli sur soi et de l’indifférence mais permets-nous de vivre dans la confiance et le respect, d’exercer la tolérance et la solidarité. Au nom du Dieu dont la toute-puissance est dans l’amour,

Amen !

SUIVI DE LA PRIERE PATRIOTIQUE