p1090351Suite au culte des récoltes à Forel en octobre 2016 lors duquel les deux ministres de la paroisse ont mouillé le maillot pour signifier le soutien de la paroisse aux paysans, une soirée a été mise sur pied en novembre dernier de rencontre avec le pasteur Pierre-André Schütz. Cet aumônier des paysans a pu parler de son ministère, et du soutien qu’il peut apporter à ceux qui le désirent. Plus d’informations ci-dessous, avec un texte de sa part où il présente son ministère:

Lire aussi le flyer-paysans que le pasteur a distribué!

 

Aumônier en agriculture : pour quoi ?

Un pasteur en soutien des agriculteurs !

Un pasteur en soutien des agriculteurs !

La religion n’a de sens que si elle s’inscrit dans la vie du monde, que si elle devient action au cœur de la société.

Je suis paysan, ingénieur agronome, animé par un profond esprit d’entrepreneur et je suis aussi et tout autant pasteur et… chrétien. C’est un tout ; un ensemble qui n’est pas un mélange, mais un espace où mon amour de l’humain, ma passion de la terre et ma soif spirituelle me permettent de dire la Vie. C’est dans cet espace que je vis ma spécificité et ma vocation d’aumônier en agriculture.

Un espace que j’aime définir bien concrètement par trois axes bibliques qui donnent les dimensions de ce ministère bien particulier :

  • l’axe de la parabole du Samaritain

Il a pour dimensions de secourir, panser, amener au bon endroit et suivre…

C’est ici que mes compétences et mon expérience d’agronome sont un atout précieux. Je dois pouvoir comprendre, et en profondeur, les problèmes rencontrés, les contraintes afférentes, les conséquences… Elles sont le difficile et magnifique métier du paysan. Je dois aussi être au fait des questions légales, politiques, sanitaires, écologiques et économiques qui font son environnement, hélas de plus en plus hostile. Enfin, les relations que j’entretiens depuis longtemps dans les milieux du monde agricole, économique, politique, celui des soins et de l’assistance spirituelle sont indispensables… Seul, je ne suis rien !

  • l’axe du récit des pèlerins Emmaüs

Il a pour dimensions de rejoindre et leur permettre de « raconter », d’être pour eux compagnon de voyage…

La solitude est un des fléaux du monde paysan. Et le constat est sans appel : plus les problèmes pèsent sur une exploitation, plus le paysan s’isole, se referme sur lui-même, parfois jusqu’au suicide.

Mon expérience de l’accompagnement pastoral, mon empathie et mes compétences de paysan m’aident à gagner la confiance de ces êtres souvent trop fiers pour « se répandre », jusqu’à se pendre ! C’est ici qu’une écoute active et un dialogue peuvent avoir lieu afin qu’une « parole » puisse commencer d’être et d’agir afin que revienne la Vie.

  • l’axe du récit de la rencontre de Jésus avec le paralysé de Béthesda

Devant la question que le Christ adresse au paralysé : « veux-tu guérir » doit émerger ce que la personne veut vraiment afin de discerner avec elle les « possibles »

La solution est entre les mains de celui qui veut s’en sortir. Comment l’aider, lui redonner confiance, même en le bousculant parfois et en remettant en perspective nouvelles ses certitudes trop souvent héritées de pratiques que des loyautés multiples empêchent d’enfreindre ? C’est un subtil mélange de psychologie, de connaissance techniques, de coaching et de charisme qui sont ici en jeu. C’est là aussi la capacité d’adresser un message qui dise la Vie, envers et contre tout. Chaque être humain n’est pas fait que de chair et de sang. Il a une dimension spirituelle. La reconnaître et lui donner un tant soit peu corps, c’est le chemin de la Vie. Et ce n’est hélas la plupart du temps qu’au travers de la souffrance que l’homme le plus hermétique peut chercher à voir s’ouvrir cet espace là. C’est ma passion et ma vocation que de lui montrer ce chemin.

Je conclurai en dédiant à mes chers paysans et vignerons une injonction lumineuse de notre bon Pape François qui dit : ne leur volez pas leur espérance !
P.-A. Schütz