Chers paroissiens de Savigny-Forel,

En juillet dernier, j’ai fêté mes 40 ans, l’heure du bilan à la fois personnel, familial et professionnel. En effet, l’été prochain cela fera 11 ans que je suis pasteur, et même 12,5 ans que je suis dans la région pour la jeunesse, si l’on ajoute encore le temps que j’y ai fait comme animateur jeunesse à la fin de mes études. Ce domaine, la jeunesse, m’a beaucoup apporté, avec notamment ce projet à Madagascar sur 3 ans qui a été extraordinaire mais qui m’a beaucoup usé également. Aujourd’hui, je me rends compte que, pour la jeunesse, je désire passer la main à des collègues plus jeunes, justement.

Aujourd’hui, je me rends compte aussi que je suis à une étape de ma vie, à la fin d’un cycle qui va en ouvrir sur un autre. La quarantaine (pas du COVID donc), c’est pour moi la fin de cette dizaine symbolique où j’ai terminé mes études de théologie, où je suis devenu pasteur (avec la consécration), où je suis devenu papa (par deux fois), etc. et aujourd’hui je me sens appelé à un nouveau départ, ailleurs, et j’ai le sentiment que c’est le bon moment pour moi, et pour ma famille, tant au niveau familial que professionnel. Comme la formatrice d’adulte Magda Eggimann le rappelait, nous les ministres sommes appelés à être de passage…

Vous l’avez donc compris, je vous annonce que je vais quitter la paroisse de Savigny-Forel l’été prochain, 2021, laissant à la fois mon mi-temps régional « jeunesse » et mon mi-temps paroissial ici.

Je peux bien imaginer que c’est un choc pour vous, chers paroissiens, qu’après 6 ans ici, vous n’y pensiez pas du tout, mais je tenais à vous le dire maintenant déjà pour préparer et anticiper ce qui peut l’être. C’est important pour moi de jouer cartes 
sur table. Oui ce projet, tant familial que professionnel, a mûri depuis quelques mois, projet de retrouver un 100% paroissial, avec cette responsabilité familiale aussi de faire ce déménagement au moins mauvais moment possible pour mes enfants. Esther va commencer l’école à la rentrée prochaine, Elie est encore petit (il aura 7 ans en janvier), cela nous semblait avec Sarah le bon moment pour offrir à nos enfants une stabilité durant leur scolarité.

Je ne sais pas encore où nous irons, ni dans quelle paroisse je pourrai continuer à exercer mon ministère (mais ce sera dans l’Eglise Evangélique du canton de Vaud). Il en va ainsi de la mission des gens d’Église: l’agilité, la souplesse font partie de cet appel à servir le Christ que j’ai discerné il y a 16 ans maintenant. Nous restons dans les lieux pour un temps limité, c’est ainsi, puis quand nous le souhaitons, nous sommes envoyés ailleurs. Aujourd’hui je ne sais donc pas où je pourrai être utile à l’Église, mais je tenais à l’annoncer assez tôt pour pouvoir préparer l’avenir et profiter encore des uns des autres avec ces 9 mois qui nous restent ensemble.

Pendant ces 6 ans, j’ai vécu avec vous une belle collaboration, nous avons tissé de beaux liens pour lesquels je suis très reconnaissant. J’ai essayé de partager mes charismes pour la paroisse, pour le Christ, avec humilité, j’ai donné ce que j’ai pu donner, ce que le Grand Patron m’a confié, mais j’ai surtout beaucoup appris, j’en ressors plus riche, grâce à vous. Bien sûr, il y a eu des hauts et des bas, comme toujours dans la vie, mais j’ai surtout beaucoup appris avec vous et je vous remercie du fond du cœur, à la fois pour votre engagement dans l’Eglise, si précieux, mais surtout pour tout ce que vous m’avez, chacune, chacun, apporté. A Savigny et Forel, j’ai rencontré des hommes et des femmes extraordinaires qui m’ont touché, que j’ai aimés. Oui, vous allez me manquer.

Je tiens à remercier en particulier Manuela Berthoud et Mathieu Janin, les présidents de Conseil de Paroisse avec lesquels j’ai collaboré qui ont beaucoup donné pour la paroisse, et mes collègues bien sûr, avec Emmanuel en premier lieu pour la collaboration, le soutien et l’amitié que nous avons partagés.

Je le souligne : il n’y a pas un point spécial qui fait que je pars, mais c’est un ensemble qui synthétise pour moi une fin de cycle et un appel à continuer mon parcours ministériel plus loin… Les difficultés rencontrées ? aujourd’hui je les vois comme des chances d’expérience, même si sur le moment ce n’était pas facile. Je tiens enfin à souligner que je vis cette étape serein et reconnaissant : ce que j’ai appris avec vous, je le partagerai dans la suite de ma mission, dans cette nouvelle décennie avec de nouvelles perspectives au niveau de ma famille et de mon ministère.

Je me tiens bien sûr à votre entière disposition pour en parler. Je viens volontiers vous trouver dans les jours qui viennent pour en parler calmement autour d’un café. Que Dieu vous bénisse !

Benjamin Corbaz, pasteur

Texte lu lors de l’assemblée de paroisse virtuelle du 8 novembre 2020 à Savigny.